Le plus gros animal de compagnie d'Oyster Editors

x1klima / Flickr

Aimer voyager ne signifie pas toujours aimer le voyage. Parfois, il n'est tout simplement pas dans les cartes, souvent pour des raisons totalement hors de votre contrôle, et tout ce que vous pouvez faire est de serrer les dents et aller avec le flux. Les vols surréservés, les retards dans les aéroports, les trains bondés, et les compagnons de voyage qui nous rendent fous ne sont que quelques-unes des ragots qui alimentent nos diatribes. Bien que tout est dit et fait, supporter les maux de tête et les ennuis de voyage a certainement battu rester à la maison. Voici ce qui rend fou les éditeurs Oyster lorsque nous voyageons.

Personnes bruyantes dans les couloirs d'hôtel

"Ma plus grande bête noire est quand les gens sont bruyants dans les couloirs des hôtels, surtout tôt le matin et tard le soir.Je pense qu'il est facile d'oublier que les gens dorment quand vous marchez (ou parler ou se battre ou pleurer; J'ai entendu tout ça) dans un couloir vide, mais il y a parfois des centaines de personnes qui tentent de se reposer derrière des portes minces ... Des personnes qui ont laissé les portes de la chambre claquer derrière elles. - Megan Wood, éditeur

Manquer un vol de correspondance

«Manquer un vol de correspondance est parfois le pire, parfois les compagnies aériennes vendent des billets avec des délais incroyablement serrés et il y a un risque, parfois parce que votre premier vol a été retardé ... De toute façon, c'est douloureux. En raison de la lenteur du vol et de la correspondance manquée, nous avons fini par passer une nuit inattendue à Taipei, car elle ne faisait pas partie de la compagnie. de notre plan et nous n'avions pas de visa, ils ont pris nos passeports et nous ont logés dans un hôtel que nous n'avions pas le droit de quitter - nous étions essentiellement prisonnier par la compagnie aérienne jusqu'à notre vol pour la Thaïlande le lendemain. "- Kelsey Blodget , rédacteur en chef principal

Ne pas suivre le protocole du bac supérieur

SuperJet International / Flickr

"Voici mon rêve: je gagne à la loterie et je visite chaque charmante ville pavée d'Europe. Mais avant de partir, je paie pour un PSA pour courir dans les aéroports du monde entier. Le sujet de ce PSA? Ma bête noire de voyage: Les gens qui cachent leurs valises dans les premières rangées de bacs supérieurs, peu importe où ils sont assis. Comme mon annonce l'explique calmement, une fois que vous faites cela, un effet domino se produit lorsque les bagages de tout le monde sont déplacés et que les passagers doivent se ruer vers d'autres rangées pour ranger leur valise. Un chaos pur! Mais mon PSA mettrait un terme à cela, et je n'aurais plus jamais à affronter cette folle ruée vers la valise. »- Maria Teresa Hart, rédactrice en chef

Rude Plane Passagers

"Je méprise toute personne qui néglige ouvertement l'espace personnel des autres passagers dans les avions, notamment en posant les pieds sur les accoudoirs devant vous, en parlant trop fort et en ne s'occupant pas d'hygiène personnelle avant le vol (AKA ayant un mauvais BO). En fait, j'aime vraiment voler, car j'aime être déconnecté du monde et rattraper tous les films que j'ai manqués, alors quiconque ruine mon temps heureux dans une bulle à 35 000 pieds va probablement me faire un mauvais regard. De même, je ne peux absolument pas supporter les passagers qui sont impolis envers les agents de bord.Je comprends que voler est stressant pour beaucoup de gens, mais les agents de bord font simplement leur travail - et ils vous aideront à quitter l'avion en cas d'urgence Sois juste courtois tout autour. - Stefanie Waldek, rédactrice en chef

Les foules chaotiques et le manque de lignes organisées

«Je déteste généralement les foules à New York, même si j'ai vécu ici pendant la plus grande partie de ma vie d'adulte, mais je dirai que l'efficacité générale de l'attente de file d'attente américaine devient une merveille quand on fait la queue à l'étranger. De la foule irrésistible dans les gares de train de l'Inde au rythme langoureux de l'encaissement au Brésil, il y a quelque chose de rafraîchissant pour revenir dans une ville où le manque total d'engagement personnel entre les travailleurs et les consommateurs se traduit par un mouvement rapide du point A au point B. Cela dure généralement une semaine, puis je suis inévitablement furieux par la misérable performance de métro de New York et des hordes d'Européens qui prennent le pas sur le trottoir. - Kyle Valenta, rédacteur en chef

Voyageurs insoumis

New York City / Oyster

«Ma plus grosse bête noire de voyage n'est pas quelque chose au niveau macro, comme les retards de vols ou les fermetures imprévues, c'est juste normal pour le cours, c'est de petites choses, comme la courtoisie et la conscience de votre environnement. Tirer la tête avec d'autres choses que des valises, des vestes, ou peut-être un parapluie - comme des équipements sportifs ou des sacs à provisions remplis d'achats hors taxes - ce n'est pas agréable. compagnon de voyage et prenez une minute pour aider quelqu'un à hisser un sac ou des instructions. - Rachel Klein, éditeur

Retards de vol

"Je peux rassembler un sourire sur mon visage quand je suis en train de me frayer un chemin à travers les foules pour attraper une photo d'une attraction célèbre.Je peux la sucer quand les bébés qui pleurent font leur présence sur les vols des yeux rouges. Le fait que je sois coincé avec le siège du milieu au cours d'un voyage de plus de 10 heures, mais la seule chose que je ne peux absolument pas supporter est un retard de vol, aussi long ou court soit-il. Plus que d'être amené sur la piste seulement pour être informé que je n'ai pas d'autre choix que de m'asseoir dans l'avion au fil des heures et que l'air de la cabine est étouffant ... Assis, attendant, souhaitant à l'aéroport pendant un retard n'est pas amusant non plus. Bien que ce ne soit souvent de la faute de personne (surtout quand il s'agit de météo), l'idée de tout ce qui coupe mon précieux temps de voyage est exaspérante (pensez au nombre de croissants que j'aurais pu manger à Paris pendant les deux heures le tarmac dû à la congestion des pistes ?!) De plus, le fait qu'il soit complètement hors de m Le contrôle rend les choses plus frustrantes. Pire encore, c'est quand un retard conduit à un vol de correspondance manqué. "- Alisha Prakash, éditeur

Connexions de vols courtes

"Je comprends que de nombreuses connexions de vols descendent chaque minute de chaque jour, et toutes ne seront pas faciles et élégantes, mais l'homme me rend totalement folle quand je dois naviguer dans l'une de ces folies (comme dans plusieurs terminaux en quelques minutes) connexions de vol Mais je suppose que la récompense est ce moment où votre cul frappe le siège du deuxième avion, et le sentiment de soulagement omg-I-made-it est d'autant plus glorieux. " - Anne Bauso, éditrice

Vous aimerez aussi:

Aimez-nous sur Facebook ! Nous embellirons vos journées avec de superbes photos